Close

31 janvier 2016

Episode 6 – Game party Japan / Tokaigi 2016

N’allons pas par quatre chemins, nous, notre passion, c’est le Japon et par extension les jeux vidéo.
Alors quand on a vu que la Game Party Japan 2016 se déroulait au même moment que notre arrivée sur le sol nippon, il ne nous fallut pas longtemps après l’atterrissage pour faire un tour dans un combini et se procurer deux tickets pour la journée du 31 et sa grande finale Splatoon.

Il est vrai que se déplacer pour un seul jeu fait un peu fanboy sur les bords mais que voulez vous, Splatoon reste Splatoon.
Enfin bref, nous voilà sur les rails à environs 30 minutes de Tokyo pour tâter de la convention. Après la France et l’Allemagne, le Japon, décidément quand on aime on ne compte pas!
Pour vous faire une idée de ce salon, rien de tel que de le comparer avec ses homologues européens que sont la Paris Games Week et la Gamescom.

Tout d’abord, le merchandising est quasi inexistant, un bon point puisque l’espace est dédié uniquement aux jeu cependant les quelques goodies présents ne suffisent pas à rassasier le fan en manque.
Ensuite le manque de bornes jouables pour le public solo est assez contraignant néanmoins tous les jeux présents peuvent être testés si l’on a pas peur de monter sur scène face à la foule.
Car si la Gamescom et la PGW sont des vitrines des jeux sortis et à venir, la Tokaigi est clairement dédiée à la compétition.
Ce qui amène à l’autre grosse différence avec les salons européens, la ludothèque. Le nombre de titres mobiles présents et jouables en mode compétitif est assez impressionnant et surtout ces jeux sont totalement inconnus au bataillon pour les pauvres gaijins que nous sommes.
Finalement, on lui trouverait presque un petit air de Japan Expo avec ces conférences, ces intervenants made in internet, sa scène musicale et ses cosplays mais la comparaison s’arrêtera là.

IMG_6279

Pour résumer, la Tokaigi est une scène faite pour la compétition et rien de plus, les à côtés sont sympathiques mais le gros du spectacle est clairement sur les scènes où les athlètes virtuels embrasent les foules à grand coup de joystick.
La preuve en est, la présence de Sakurai pour Smash Bros, Harada pour Pokken Tournament et quelques joueurs pros bien connus dans leur milieu.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *