Close

15 juin 2016

#Japon365 – Jour 142: La reine de trèfle qui pique ton coeur

Vous êtes sur Tokyo et vous cherchez un endroit sympa où manger?
Très bien, pourquoi ne pas tenter quelques sushis ou bien des ramens dans un restaurant typique du pays, une étape quasi obligatoire de tout visiteur se rendant au pays du soleil levant.
Et si vous cherchiez une expérience un peu plus fun, plus décalée, quelque chose qui ne se fait pas par chez nous (ou très peu)…les restaurants à thème!

Autant mettre les choses au clair de suite, les cafés et restaurants à thème se classent en deux catégories: les bons et les mauvais mais ils ont une chose en commun, les prix seront toujours légèrement plus élevés que dans un établissement traditionnel (on paye la prestation).
Parmi ces établissements, certains ont tellement le vent en poupe qu’ils se payent le luxe d’être localisés dans plusieurs quartiers de la capitale, les autres moins rentables restent des pièces uniques.
Alors évidement, l’ambiance du café/restaurant est beaucoup plus appréciable si l’on connait un minimum son thème, les clins d’oeil sont plus compréhensibles mais les néophytes peuvent également y trouver leur compte et découvrir un nouvel univers par la même occasion.

Du côté de Shibuya, c’est le restaurant « Alice’s Fantasy restaurant » sur le thème du livre de Lewis Carroll que nous avons essayé.
Petit par la taille et plutôt discret en ce qui concerne son emplacement, le restaurant marque cependant un bon point au niveau de sa décoration en affichant quelques textes et illustrations de l’oeuvre originale et en diffusant la bande son du dessin animé de Disney.
Le personnel arbore des uniformes aux couleurs d’Alice ou du Chapelier et la nourriture malicieusement mise en scène dans votre assiette est de bonne qualité.

On passera sur les prix un poil élevés et la charge à payer puisque c’est chose commune dans ce genre de lieu et on recommandera ce restaurant à tous les fans d’Alice aux pays des merveilles pour partager le temps d’un repas, l’ambiance si particulière de ce conte.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *