Close

29 juillet 2016

#Japon365 – Jour 186: Le côté obscur de la force

Les quartiers de Tokyo ont tous leurs atmosphères propres.
Résidentiel, fêtard, business…selon son humeur, on trouvera toujours quartier à son pieds!
Certains coins auront même une double personnalité avec un changement de rythme assez impressionnant lorsque la nuit commencera à pointer le bout de son nez. On pensera notamment à Shinjuku ou Shibuya qui à la nuit tombée deviennent un peu les repères d’une jeunesse en quête de sensation et d’amusement.

De son côté Ikebukuro ne s’embête pas de problèmes schizophréniques puisque le quartier est simplement divisé en deux parties bien distinctes.
La côté lumineux de la force offre un coin agréable pour toute la famille à n’importe quelle heure de la journée. Divertissement à foison et restaurants de tout type permettent de vraiment se faire plaisir à Ikebukuro.
Le côté obscure de la force en revanche montre un Ikebukuro assez proche du kabukicho de Shinjuku. Les rues sont dynamiques, les restaurants et les bars sont bien là mais à la nuit tombée les clubs un peu « hot » resurgissent de leurs siestes diurnes et les rabatteurs squattent les rues de la Romance Street.
C’est un spectacle assez amusant à voir quand on ne connaît que la partie voyante de l’iceberg « Ikebukuro » mais si vous traîner seul, vous pouvez être sûr de vous faire aborder afin de bénéficier de « services » peu recommandables (surtout si vous êtes un homme).

Le reste du quartier est assez pauvre en lieu « remarquables » mais il dispose tout de même du théâtre métropolitain de Tokyo ainsi que d’une place dédiée aux festivals.
Cela fait peut être peu mais lors des fêtes l’ambiance est bien présente!

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *